• L'INSTANT VENITIEN

    D'ocres et d'eau

    Un ami d'ami a pris cette splendide photo dans sa ville chérie, cette Venise dont il a la chance  d'être un des habitants.

     

    L'INSTANT VENITIEN

     

    Merci à Christian de m'avoir fait parvenir cette image photographiée par Fabio ;

    celui-ci contribue, par ses prises de vue, à alimenter

    un site de résidents de la Sérénissime

     

     Christian avait accompagné sa missive internet d'un texte bref et factuel, qui disait son admiration et invitait quelques uns de ses amis à la regarder.

    Il était un peu avant dix heures du matin quand se mirent à ruisseler les reflets des façades sur l'écran de mon ordinateur : dans la fraîcheur liquide scintillaient les ocres recuits et les roses un peu cuivrés, sous la luminosité si spéciale  du soleil de la côte adriatique.

     

    Voilà bien de quoi allumer la mèche ! Je méditai quelques minutes et m'appliquai à  sentir et ressentir ce pourquoi ce tableau immatériel me  ravissait, ce en quoi il m'apparaissait magnifique.

    En découla ce court poème, que je dédiai à Christian et à sa compagne Valeria:

     

    Il arrive qu'à Venise le ciel soit de pierre
    et liquide la contrée de nos pas.
     
    Qui est passé là fut fasciné par le jeu des reflets
    et celui-ci qui, de sa fenêtre, le voyait et regardait
     
    Pressentit que, s'il avait les yeux
    essentiellement bus par les ocres des murs,
     
    De même recelait-il en cet endroit de lui-même
    fait pour l'admiration
     
    La part de ciel nécessaire
    où s'érige toute cité

     

    L'INSTANT VENITIEN

    Venise ; peinture acrylique sur papier- jf Monnet, décembre 2018

     

    L'INSTANT VENITIEN

    Venise ; étude au feutre sur papier - jf Monnet décembre 2018


  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Septembre à 16:07
    christofor

    Extraordinaire reflets de la vile constuite sur la lagune, si bien rendue par les traits poétiques dont la prose n'a rien aux vers à envier.

    2
    jeffpm
    Lundi 2 Septembre à 17:01

    Comme tu le sais, Christophe, j'accorde grand prix à l'emboîtement du texte (qui est parole écrite) et de l'image !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :