• LA GALANTE ESTHETIQUE DE L'EVENTAIL

    Mallarmé et l'art mondain (Poème posthume pour Stéphane ; ou tentative de poésie post-mallarméenne...)

     

     LA GALANTE ESTHETIQUE DE L'EVENTAIL

    ''Dame à l'éventail et Chérubin'' - jf Monnet - dessin au marqueur noir, le 22/11/2014

     

     

    Édouard Manet, Portrait de Stéphane Mallarmé, 1876

     

    Dites-nous, Poète, ces dames auxquelles

    Vous fîtes croire

    Qu'accepter un verset était vous faire plus

    Que faveur, non-sainte aumône

     

    A quoi auriez-vous aimé qu'elles ressemblassent

    Par vos dédicaces, dans vos poèmes

    Qui, derrière le bruissement,

    Etaient claire intaille et camée

    D’un portrait dédié ?

     

    Des beautés leur grain fut-il pesé

    Aux fléaux de la Grâce,

    Leur teint un peu passé ainsi la primerose ?

     

    L'apercevoir ce tiède enfeu par la saison

    Hachée de foehns, ou floraison polie

    Sur laquelle veille l'ancien Japon ?

     

    LA GALANTE ESTHETIQUE DE L'EVENTAIL

     

    Ou bien encore cela que le visage lisse

    Tient pour fard

    Dans la coupe des rose-blanc,

     

    Aréole florale et papille fleurant

    De leurs étales lices les mares violines ?

     

    Astre s’envolant dans l’ombre de la chair

    Ou nénuphar pour chapeau

    L'auréolant de paille

    Sur l'été des étangs ?

     

     LA GALANTE ESTHETIQUE DE L'EVENTAIL

     

    Brise d'un tulle lâché

    Aux lieux du sein, dessus

    Telles d’un faune les fièvres, ce peut être

     

    Douloureux qui attise,

    Froissant le pli, de vent

    Les lièges vorticelles et vertiges

    De l’être ?

     

    Non hélas ! Toutes ces dames

    Dont l’archipel des jupes

    S'épanouit au temps des cytises,

    Dont l'âme non vexée, convexe

    Aux balancelles, rie sans

    Façon, ni cacherie ni dérision

     

     LA GALANTE ESTHETIQUE DE L'EVENTAIL

    Goya- Femme à la mantille

      

    Ou celle-ci aperçue passant en limousine

    Plus rapidement que les galops de la mort

    -Rien ne vaut que nous y pensions !-

    Le sourire épinglé à l'éternel instant,

    La vitesse pour mantille et finale raison

     

    Par les nues, les airs épars et la théorie dispersée

    Des muses de votre esprit,

    Volontiers nous croirions

    Que vous leur tendiez l'aile sophistiquée

      

    Qu'évidemment inspire toute cheville ardente,

    Toute semelle empesée,

    Tout esthète du vent !

      

    LA GALANTE ESTHETIQUE DE L'EVENTAIL

    ''Sous les cerisiers en fleur-'' photo jf Monnet 01 mai 2013

      

    Comme bourrasque essayant Trémulant

    Et Nuées ; Par Divin, par Adverbe

    Et jeu risiblement

    Défait, l'apolline pâmoison

    Va s'allant et s'égaie

    Telle au printemps la corolle

    Qui s'emplit de cerises...

      

    jf Monnet 21/11/2014

    Et 22/11/14

      

      

    LA GALANTE ESTHETIQUE DE L'EVENTAIL

    La porteuse de jarres - Art chinois

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :