• SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT...

    "Les lunes de la sensibilité"  (Poème sans souci aucun de post-modernité...)

     

    SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT...

     Dessin au feutre et Posca - d'après Sorolla- jf Monnet février 2014

     

       C'était au début de l'année 2014, courant février ; une collègue d'origine catalane me prête un livre d'art sur le peintre espagnol Sorolla, auquel on a commencé à s'intéresser assez récemment en France, en le rattachant au mouvement impressionniste (je crois que certains de ces tableaux ont été depuis exposés dans cette perspective à Paris).

    Un autre collègue, curieux de tout, rejoint notre carré enthousiaste... et ce ne sont plus que discussions passionnées en ''salle- des- profs'' sur cet artiste extrêmement doué, issu d'une famille modeste, qui alla compléter sa formation dans un académie italienne comme il était de coutume dans l'ancien cursus de formation des artistes en vue et dont les œuvres furent achetées par la bourgeoisie espagnole.

     

       Le hasard de l'élaboration des emplois du temps a fait que, depuis plusieurs mois, je ne croise plus guère cette collègue dans les couloirs du lycée. Jusqu'à hier en fin d'après-midi.

    Après un bref échange amical, le réalisant subitement, je ne peux m'empêcher de lui dire que Sorolla pourtant si brillant dans nos esprits il y a presque deux ans, me semble être désormais lointain, être une page tournée en quelque sorte ; que sa peinture virtuose et chatoyante a presque été complètement occultée (je ne dis pas oubliée) par d'autres considérations artistiques :

    N'est-ce pas ce que l'on peut appeler les lunes de la sensibilité artistique ? ...

    Pourquoi Sorolla est-il devenu une sorte de défunt, ses images ne sachant se rappeler à mon souvenir depuis tant de temps?  Ne semble-t-il pas  que l'émotion esthétique ait sa versatilité, ait ses saisons ?...

     

    SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT...

    Joaquin Sorolla - autoportrait (détail)

     

    Aussi hier en soirée me replongé-je dans les images que j'avais faites à l'époque à partir du livre précieusement recueilli ; et en soirée je me laisse aller à l'ivresse-Sorolla pour composer ceci :

     

     

    Pourquoi Sorolla est –il venu à être défunt si vite

    Alors que rien ne le présageait 

     

    Ni dans l’ombre du séjour

    Où roses et rideau se confondent,

     

    Fleurissant comme un vase d’opale,

    Le silence étouffé de la femme bourgeoise,

    Vigie au pied de la crédence, de l’armoire

    Ou de la petite table ronde ?

     

     

     

    SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT...

    D'après Sorolla - feutre sur papier tramé- jf Monnet, février 2014 

     

    (L’armoire patiente

    Comme une bête de somme, presque prénommée,

    Meuble aux corniches biseautées

    Par le séant de ce qui reste en retrait

     

    La table ronde au napperon,

    Entité raide comme tout ce que la politesse

    Et le savoir-vivre amidonnent,

    Au risque qu'ils se transforment en une poix qui, se figeant,

    Formera un joug plus certain que la pauvreté ouvrière…)

     

     

    Pourquoi Sorolla est –il venu à être défunt si vite

    Alors que rien ne le laissait prévoir ? 

     

    SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT...Arrivée des barques de pêcheurs sur la plage (détail) - Sorolla

     

    Certainement pas

    Le pas lourd et sans excitation mauvaise

    Du bœuf marin

    En grand arroi d’effort qui tient pause,

    Tirant la bisquine solaire  et l’allégorie de ce rude métier

    Dont les filets cisaillent les doigts ;

    Traînant l’ampleur  de la voile enflée

    Aux reflets de corsage blond et bruni

    D’une promenade sur l’estran de vacance ;

     

    Non plus les nudités d’enfant qui vont s’allonger

    En jetant sur le ventre leur enfance

    Afin que leur encre première

    Coloriât l’estive des vaguelettes

    Que le bras maternel, ample et houleux du déferlement

    Vient à regrouper...

     

    SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT... 

    Sorolla - enfants se baignant sur le bord de la plage (détail)

     

    … Et rien pour l’empêcher de succomber,

    Nul jet d’eau cueilli par la verte gitane ;

    Nul silence dans l'azur végétal des patios ;

     

    SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT...

    Patio à Cordoue - dessin au feutre sur carnet - jf Monnet, mai 2014

     

    …Rien pour amicalement le ressusciter : nulle babine de chien

    Pourléchée d’un coup de pinceau,

    Fétiche poilu somnolant

    Au pied d’une demoiselle…

     

    Nulle tache malencontreuse échappant au bord de la palette

    Ou la débordant de toute part comme une marée,

    Pour, d’une petite flaque rouge, venir braver le bleu du ciel

    Et les rousseurs translucides du paysage…

     

    Oui, certes je comprends :

    Les modes intimes sont fragiles plus encore

    Que nos chairs pourtant armées de squelette ;

     

    SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT...

     

    Ah ! Certes je comprends :

    Les peintres confient leur au-delà

    Aux glacis recouvrant  la pièce

    D'une simple toile de lin ;

     

    Et celle-ci est le linceul

    De leur confiance mise en les générations futures…

     
     

    Il faut donc bien, par défaut de vallée

    Où trémulent les ossements, un musée 

     

    Afin que soit entretenue la flamme vibrante

    Et impalpable comme une onction,

    De leur semi-éternité !

     

     

    SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT...

    Patio à Séville- dessin au feutre sur carnet - jf Monnet, mai 2014

     

     

    SOROLLA, EN CE JOUR DEFUNT...

     

    Jardins de l'Alcazar de Séville  dessin au feutre et Posca sur papier toilé - jf Monnet, mai 2014

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :