• TOUSSAINT

    La jeune femme à la ligne rouge (l'énigme dévoilée d'une image).

     

      TOUSSAINT

     Jeune femme à la ligne rouge. Dessin - jf Monnet 01 novembre 2013

       En ce matin de Toussaint, m'est venue, sur un projet d'hier après-midi, ce dessin au crayon, stylo-bille et  feutre. La ligne rouge se prolonge à la fois devant et derrière la figure centrale.

       Dans le dos c'est le passé, enregistré par la Mort : le courage des générations passées (par exemple à vivre dans moins de confort, à supporter les épreuves de la vie pendant la guerre ...) qui nous portèrent jusqu'à l'existence ; et aussi leurs blessures d'amour, aussi inévitables qu'immanquablement léguées aux générations qui suivent (ainsi en va-t-il  pour une grande part du ''péché du monde'' , soit dit sans aucune pointe de culpabilisation).

       Devant se dessine la ligne de vie, agrégeant sa consistance non pas à partir de rien mais dans le fil de ce qui est hérité du passé.

       Pensons à (peignons et dessinons pour...) ceux qui nous portèrent, par la filiation ou l'amitié. Pensons à ceux qui nous précédèrent dans la vie. Croyons qu'eux prient pour nous. Si leur sainteté existe, c'est depuis notre ciel !

       La jeune femme, énigmatique, qui marche selon cette ligne rouge est une allégorie de la Vie ou de l'Etre aimanté par l'Amour ; et non, respectant en cela le sens profond de la fête de Toussaint (voir ci-dessous), une apologie de la Mort !

    jf Monnet 01 novembre 2013

      

      -------------------------

       TOUSSAINT

                       Edvard MUNCH - ''La femme en pleurs'' (1907) -

    Le travail de Munch revêtait souvent un caractère aussi acharné qu'obsessionnel, multipliant les études pour un même sujet.

    Munch a réalisé 11 variantes de "La femme en pleurs'' , passant de la photo au dessin puis à la peinture.

      

       L'érotisme est le marchepied de la mystique ; la nudité de la jeune femme, par son unité, son entité, son entièreté est déjà du côté de la Grâce. Je me souviens qu'en concevant ce projet  dessiné j'ai eu clairement en tête cette peinture d'Edvard Munch (ci-dessus), contemplée fin 2011 lors d'une rétrospective de ce peintre, à  Paris : blonde ou rousse, une femme traverse une pièce de droite à gauche, tête baissée.

       Cette image m'avait surpris et je lui avais attribué d'emblée un caractère spirituel, y voyant une métaphore de la Grâce humiliée, ou de l'Amour insulté... En tout cas l'aspect du corps de cette figure effaçait toute connotation érotique. Et la simplicité austère du décor édifiait un huis clos qui ne pouvait être que celui de l'âme.

        TOUSSAINT

      

       Ainsi, pour continuer cette réflexion, par l'intuition prospective, l'imagination devient véritable ''imagine-action'' ; bien que façonnée en toute lucidité quand il s'est agi de construire le dessin sur le papier et vis à vis des aspects techniques à mettre en oeuvre, cette image qui eu dès l'origine un caractère visionnaire (un peu comme un songe éveillé), peut en effet prendre la signification suivante : âme gracieuse, âme debout, se laissant traverser par le fil de l'existence ou de la destinée ; et si l'on considère le caractère ''matériel/ immatériel '' de ce fil incarnat, on peut pousser son interprétation jusqu'à ceci : '' l'esprit de la chair (la figure féminine) rejoignant la chair de l'esprit  (le fil incarnat) '' .

       Ceci se jouant selon la ligne montante de l’amour, en un point chaste, grave et fantaisiste, point christique de l'âme touchée, endroit où l'on ne peut plus et où il n’est plus besoin de se retrancher derrière une quelconque esthétique ou idéologie. Impératif de l'expression devant lequel cède toute tentative de joliesse ; c'est bien ce que j'ai ressenti face à l'oeuvre de Munch !

        jf Monnet 02 novembre 2013

      

    -----------------------------------

    Extrait de l’article Wikipedia sur la Toussaint :

    L'origine de la Toussaint est difficile à déterminer puisque cette célébration est apparue à des dates variées selon les lieux. Cette fête a longtemps eu lieu après les fêtes de Pâques ou suite à la Pentecôte. Au Ve siècle, elle est célébrée en Syrie le vendredi de Pâques. À Rome, au Ve siècle également, une fête en l’honneur des saints et martyrs était déjà célébrée le dimanche après la Pentecôte.

    Après la transformation du Panthéon de Rome en sanctuaire, le pape Boniface IV le consacra, le 13 mai 610, sous le nom de l’église Sainte-Marie-et-des-martyrs. Boniface IV voulait ainsi faire mémoire de tous les martyrs chrétiens dont les corps étaient honorés dans ce sanctuaire. La fête de la Toussaint fut alors fêtée le 13 mai, date anniversaire de la dédicace de cette église consacrée aux martyrs.

    C’est peut-être à partir du VIIIe siècle qu’elle est fêtée le 1er novembre, lorsque le pape Grégoire III dédicace, en l’honneur de tous les saints, une chapelle de la basilique Saint-Pierre de Rome.

    Vers 830, le pape Grégoire IV ordonne que cette fête soit célébrée dans le monde entier. Pour certains, c’est à l’occasion de cette décision, prise en 835, que la fête de la Toussaint est fixée au 1er novembre. Sur le conseil de Grégoire IV, l’empereur Louis le Pieux institua la fête de tous les saints sur tout le territoire de l’empire carolingien.

     

    TOUSSAINT

     

    ------------------------------------------------

     

    21/11/13 en soirée ; à relire cet article me vient cette idée de poème : 

      

     

    ‘’La femme qui pleure’’

     

    Le songe est un endroit céleste

    Tendant son plafond de Genèse

      

    Son heur est un espace bleu

    Où se lever et puis marcher, valide

    Dessous les larmes

     

      

      

    Ma chevelure ramassée

    A le poids de feu d ‘une aura

     

    Les reflets de mon corps

    Connaissent l’art de l’icône

      

    Et sont au désir ce que le rose

    De l’incarnat est à la chair

      

      

    jf Monnet

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :